Où mange-t-on aujourd’hui en Italie?

Une cuisine mémorable est toujours le moment fort d’un voyage en Italie, et avec raison : les ingrédients du marché sont frais, les plats sont d’inspiration régionale et les techniques de cuisson sont légendaires. Trois destinations ont mérité une attention particulière et devraient paraître sur la liste de tout amoureux de la cuisine.

VIRÉE AUX TAPAS DANS LES RUES DE VENISE

La chasse aux cicchetti (tapas) à travers les ruelles labyrinthiques de Venise est en quelque sorte un clin d’œil à la tradition vénitienne giro d’ombra, « giro » signifiant une promenade, et « ombra » un vin siroté à l’ombre en fin de journée. À mesure que le soleil s’éloignait, les clients disparaissaient en suivant l’ombre, alors qu’ils buvotaient leur boisson de bar en bar sur le chemin du retour. Aujourd’hui, le meilleur emplacement pour satisfaire ses envies de tapas est à proximité de Campo Cesare Battista, près du pont du Rialto. Par exemple, à l’Al Mercà, mariez un spritzer à l’Aperol avec des petites bouchées de crostinis à consommer sur le pouce.

BON VIVANT 2017 -19 (002)_rev(isa)

Et juste au coin, l’élégant (et plus coûteux) Ancora offre un menu majoritairement composé de poissons et fruits mer avec des vues magnifiques sur le Grand Canal. L’endroit à l’ambiance la plus conviviale et où se délecter de cicchetti est sans doute la Cantina Do Spade, un bar local qui date de 1754, au temps où l’hospitalité était offerte aux marchands et commerçants. Parmi les goûts et saveurs authentiques, on compte les sarde in saor (sardines frites avec oignons sucrés), la code di rospo alla grigua (queue de baudroie frite) et le Cynar, un apéritif amer à base d’artichaut créé par l’Entrepreneur Vénitien Angelo Dalle Molle en 1952.

MANGER À LA MANIÈRE D’UN ÉTRUSQUE À PÉROUSE

Située au sommet d’une colline, la capitale de l’Ombrie est surtout connue comme une alternative moins touristique à Assise, mais la récente découverte d’une maison étrusque datant du 4e siècle av J.-C. dans la campagne environnante a suscité une nouvelle appréciation pour les racines culinaires de la ville. Seulement quelques documents écrits de cette civilisation énigmatique ont été conservés, mais à travers les fresques anciennes, des archéologues ont pu apprendre que les principaux aliments romains, tels que l’épeautre, le fenouil, le pois chiche, la volaille, la noisette et la ricotta, avaient été introduits par les Étrusques.

Pérouse

Dans la vieille ville de Pérouse, la meilleure scène culinaire prend place le long de la Corso Vannucci et près de la Piazza IV Novembre où un arrêt s’impose à la Pasticceria Sandri, une pâtisserie historique offrant de la torta con ricotta et du torciglione, un dessert en forme de serpent fait de fruits séchés et d’amandes moulues. Un autre incontournable est le Perugina, populaire pour ses Baci – ces chocolats aux noisettes enveloppés de  mots d’amour. Les amateurs de bonne table devraient considérer l’hôtel Brufani Palace puisqu’il est spécialisé dans l’art des petits plats aux racines étrusques, tels que les gnocchis dans une sauce à l’oie sauvage et le cannolo au canard fumé avec velouté de pois chiches.

LA CUISINE ÉVOLUTIVE DE ROME

Rome 2Le quartier Testaccio, où la cucina romana a vu le jour, est le point de référence central pour la scène culinaire évolutive de Rome. Pour une version moderne des supplì, la collation tant-aimée au risotto, rendez vous au Trapizzino, une source sûre en ce qui a trait à la « nouvelle » nourriture de rue à Rome. Leur toute dernière nouveauté combine le tramezzini (un sandwich en forme de triangle) et la pizza afin de créer un pain croustillant en forme de pochette, fourré de classiques romains tels que la trippa (tripe) ou les boulettes de viande. La scène romaine émergeante de la bière peut facilement être explorée à l’Air Terminal de la gare Ostiense où l’Eataly Brewery présente des ateliers de dégustation pour dévoiler les produits de nombreuses brasseries artisanales. Les meilleures bières incluent la stout Chiave de Cioccolata par Birra Vale la Pena, une microbrasserie qui produit de la bière fabriquée par des prisonniers à la prison Rebibbia. La maison de couture romaine Fendi fait aussi bouger les choses près de la place d’Espagne en ayant ouvert les portes du premier restaurant Zuma d’Italie sur les deux étages supérieurs du Palazzo Fendi, leur nouvelle boutique phare. L’expérience gastronomique japonaise de style izakaya, pilotée par le chef Rainer Becker, met en vedette des plats contemporains comme le suzuki no sashimi dans un cadre spectaculaire inspiré du thème de la nature.

Commentaires fermés